Loading page...

Spectacle - Le réserviste

Le réserviste, de Thomas Depryck

par l’atelier théâtre de l’académie Arthur De Greef

Avec Margarita Bayon Rivera, Martin Bolle, Jeanne Brochen, Alexis Grau Ribes, Jean-françois Homerin, Chloé Hublet, Valentine Safatly, Greg Terrier.

Mise en scène de Savina Le Juge

« Le Réserviste » est l’histoire d’un type qui tente de jouer autrement au « jeu de l’emploi » absurde (et inepte ?) qu’on nous propose et nous impose depuis des décennies (voir plus), c’est à dire, en le prenant à revers. Chômeur, il veut bien prendre un emploi, mais pas n’importe lequel. « Le Réserviste » ne veut pas se soumettre au fétichisme du travail qui sert de charpente à notre société. Il se met « en réserve ». Il veut pourvoir boire, manger, regarder la télé, aller au concert, faire la fête, lire, en attendant de trouver le job qui lui correspond, sans faire semblant de chercher quelque chose qui n’existe pas. Il est un fainéant qui s’assume ou presque, et en ça, une véritable opposition à un système qui voue un culte à l’activité quelle qu’elle soit, et ne supporte pas que l’on ne fasse rien. Il faut être « productif » en tout et tout le temps, l’oisiveté est encore considérée comme un vice à combattre. Le choix n’existe pour beaucoup de gens qu’entre l’inactivité forcée et culpabilisante du chômeur et une activité souvent abrutissante et débilitante du travailleur peu qualifié ou sous employé. Ceux qui tentent une alternative, qui se mettent volontairement dans la réserve, seront tôt ou tard broyés par le système. S’opposer au système, proposer autre chose et se démener pour y arriver, c’est fatiguant, et on risque de s’y briser les reins. Le Réserviste, sorte de Don Quichotte en lutte contre les moulins de la bureaucratie des bureaux de l’emploi, est un personnage dans la veine des Oblomov et Bartleby, un de ces grands paresseux qu’on aime et qu’on déteste, qui allie un humour rageur à une mauvaise fois salutaire dans un combat perdu d’avance, mais qui est tellement jouissif de tenter quand même. (Thomas Depryck)

L'atelier théâtre s'empare de ce texte trucculent et en profite pour explorer les codes du théâtre et de la narration.

Vendredi 4 décembre et samedi 5 décembre à 20h

Entrée libre

Réservation indispensable sur le site du centre culturel www.lejacquesfranck.be